On a tous un peu (sinon même beaucoup) de notre père en nous

Quand je commençais mon expérience d’entrepreneur, j’ai eu un échange avec mon père au cours duquel je lui ai demandé de faire des #prières pour moi afin que mes affaires marchent.

– tu crois que ça t’aidera ? M’avait-il demandé l’air un peu moqueur. Pour avoir été lui-même #entrepreneur, il sait bien de quoi il parle.

– (plutôt embarrassé) euh oui !

– ma prière ne fera pas réussir tes affaires, me dit-il solennellement. C’est ta prière qui le fera. C’est à toi de prier pour ton entreprise. Tu sais pourquoi ? Parce que les prières qui sont mieux reçues par Dieu sont celles que disent nos actions. Dieu est plus attentif à ce que nous faisons. Nos actions sont de puissantes prières. Ce sont elles qui sont les vraies prières. C’est pourquooi nous ne pouvons pas tromper Dieu en disant quelque chose de la bouche et en nous comportant à l’inverse. Toi-même ou quelqu’un d’autre peut prononcer les prières que tu veux, mais les effets de ces prières ne seront pas extraordinaires sur ton entreprise. Ces prières doivent être un premier pas qui précède ta vraie prière, c’est à dire ce que tu fais. Si tu demande à Dieu d’apporter la réussite à ton entreprise, tu devras faire cette prière par ton investissement et ton sérieux dans ton travail. C’est par cette voie que Dieu passe pour apporter la réponse à ta prière. Mes bénédictions t’accompagneront toujours. Mais pries toi-même par ta bouche et par tes actions pour la réussite de ton entreprise. Dieu agira par la suite. Fais beaucoup d’effort, sois patient et tu verras.

J’allais dire 《le coach Papa!》

Ce conseil qu’il m’a donné quelques mois avant sa mort est devenu pour moi une philosophie de vie que je met en application dans tout ce que je fais. Et quand j’analyse aujourd’hui mon choix professionnel de coach, j’en viens à dire que j’ai prie quelque chose de cette façon qu’il avait de t’aider sans te donner la solution, de t’aider en t’amènant à prendre conscience de ton propre pouvoir et en te donnant envie de l’exploiter.

Merci papa et… bonne fête là où tu es.

Bonne fête à tous les papas.

Partageons les savoirs et les énergies positives

Notre progression est garantie si chacun de nous sait comment faire et a envie d’agir pour son propre bien-être et pour le bien de tous. Si tu veux briller et voir ton pays briller, partager les savoir et les énergies positives devient un impératif pour toi. Partager les informations heureuses et valorisantes donne à chacun de nous une envie et une fierté d’agir pour les notres et pour notre pays.
Faisons plus d’efforts pour partager des connaissances et des informations valorisantes pour les #burkinabè et pour le #Burkina_Faso.
Partager des informations valorisantes relève d’un effort particulier dont nous devons prendre conscience. Il faut le vouloir. Les mauvaises nouvelles, les nouvelles dévalorisantes, les injures a notre pays et à l’Afrique, sont faciles à faire et génèrent beaucoup de « likes » et de commentaires – tout autant négatifs – parce qu’elles touchent à la fibre émotionnelle. Pour dire tout le mal que vous pensez de quelqu’un ou de quelque chose, vous n’avez pas besoin d’une sagesse particulière si toutefois cela requiert un grain de sagesse); il vous suffit juste de vous plier à vos bas instincts primitifs. Mais ces commentaires négatifs sapent le morale de vos amis, parents. Ils sapent le morale des burkinabè, nous enlèvent toute envie d’agir pour notre patrie et nous donnent plutôt envie de fuire de chez nous, au risque d’être esclave chez quelqu’un ou mourir dans le désert ou en mer.
Ces mauvaises nouvelles, commentaires dégradants, indignations viscerales à profusion nous donnent une mauvaise image auprès des autres. Et c’est suivant cette mauvaise image que les autres vont collaborer avec nous. Donc il ne faut pas être surpris qu’ils nous prennent pour la poubelle du monde et veullent traiter avec nous en nous donnant un rôle dévalorisant. Qu’ils ne cherchent pas à nous avoir comme partenaires en affaires mais comme ouvriers (à surveiller à la loupe). Qu’ils manquent de respect à nos chefs choisissent pour nous ce qu’ils refusent à leur communauté.
Il convient certes de relever des faits imparfaits pour attirer l’attention sur ce qu’il faut faire, mais attachons nous à publier des nouvelles heureuses et valorisantes. Ce sont des messages qui obligent les autres à une attitude respectable à notre endroit, qui motivent nos jeunes à se battre pour leur pays et génèrent ainsi une progression substantielle de notre société. Ces nouvelles-là existent. Il nous faut seulement les considérer, leur donner de l’importance et prendre conscience de leur effet positif sur notre société. C’est ainsi que nous contribuons vraiment à faire progresser le pays et l’ #Afrique. Publions plus de bonnes nouvelles.
Partageons les savoirs et les énergies qui font briller le Burkina et l’Afrique.
#coach Azize BAMOGO

5 Conseils pour faire partie des solutions ( et non des problèmes) de votre groupe

Chaque membre, par son comportement et son attitude vis-à-vis du groupe et de chaque membre du groupe, produit un effet SOLUTION ou PROBLEME pour le groupe. Chaque acte que vous posez peut être soit un adjuvant soit une nuissance pour le groupe.

Voici 5 conseils que vous pouvez mettre en application si vous voulez être un facteur SOLUTION, voir bonificateur de votre groupe (en famille, entre amis, au service… et au niveau d’un pays telque nous pouvons en avoir besoin présentement au Burkina Faso).

1. Savoir que vous POUVEZ faire quelque chose pour le groupe. Quel que soit votre niveau d’intelligence et de force, vous pouvez apporter quelque chose au groupe. Si vous êtes dans le groupe, c’est que vous pouvez y apporter quelque chose. Ne vous laissez jamais convaincre du fait que vous serez dans le groupe seulement pour en consommer les bienfaits.

2. Accepter que vous DEVEZ faire quelque chose. Vous en avez l’obligation. Il n y a que les membres du groupe qui sont responsables de la survie et du développement du groupe. Ne rien faire pour le groupe, c’est choisir de tuer le groupe. A l’échelle d’une personne, c’est comme ne pas se nourrir ou ne pas se soigner: c’est suicidaire.

3. Ce concentrer sur ce que vous savez faire ou la responsabilité que le groupe vous a donné. C’est à ce niveau que vous pouvez véritablement contribuer. Les autres membres du groupe se disposent de sorte à recevoir de vous des résultats à ce niveau. Vous ne pouvez contribuer substantiellement au bien du groupe si vous ne vous focalisez pas sur votre tâche, comme un vigile sur une tour de garde.

4. Ne vous préoccupez pas de ce que les autres n’ont pas fait. C’est là une autre tâche et le groupe l’a confié à quelqu’un d’autre. Personne ne fera ce qu’il a à faire si tout le monde devait vérifier ce que tout le monde n’a pas fait. Relever aux autres ce qu’ils n’ont pas fait (quand ce n’est pas de votre ressort) est triplement nuisible au groupe: d’abord, vous n’êtes pas en train de faire ce que vous avez à faire; ensuite, vous allez perturber la quiétude du groupe en frustrant les autres; enfin, vous allez faire des commentaires qui peuvent induire le groupe en erreur parce que, sur la question, vous n’êtes pas qualifié.

5. Féliciter les autres pour ce qu’ils réussissent. Cela leur donne de la motivation à poursuivre ce qu’ils ont à faire. Cela renforce les liens entre les membres du groupe et aide à sacraliser l’intérêt (suprême) du groupe. L’expérience à montrer que les groupes dans lesquels les membres ont tendance à saluer les bons résultats des autres membres, ont une durée de vie plus longue, un potentiel de progression plus important et une forte propension à attirer de nouveaux membres.

En mettant en application ces 5 conseils vous deviendrez un facteur SOLUTION pour votre groupe, sinon vous devez être extrêmement vigilant pour ne pas être dans le lot des problèmes du groupe.

Plein succès !

#coach Azize BAMOGO